jeudi 1 mars 2012

DMZ 7

Dans Les pouvoirs de la guerre, le héros populiste Parco Delgado, avec l’aide de Matty, est devenu gouverneur de Manhattan. La première mesure qu’il prend est de supprimer tous les contrats et accords existants et d’expulser tous les soldats de la paix, les troupes, les ONG et les observateurs. La DMZ est maintenant une nation souveraine. Mais bien qu’il surfe sur la vague d’un immense soutien populaire qui l’a amené à ce poste, Parco n’a ni l’argent ni la force politique nécessaires pour gouverner la ville comme il l’avait promis. Matty est engagé pour remplir une mission qui élèverait immédiatement l’administration Delgado au niveau mondial, lui assurant tout le pouvoir dont il a besoin, et même plus. Face à cette perspective, Matty va-t-il continuer à soutenir aveuglément son ami Parco? Ou est-il temps pour lui de devenir un peu plus autonome?

DMZ 7 Les pouvoirs de la guerre
Scénario de Brian Wood
Dessin de Kristian Donaldson, Riccardo Burchielli et Nikki Cook
Couleurs de Jeromy Cox
Traduction de Thomas Davier
Édité chez Panini Comics
en août 2010
I.S.B.N. 978-2-8094-1391-5


Bon, j’ai compris comment ça se passe pour les dessinateurs, en fait, pour les histoires qui font avancer les choses, c’est Riccardo Burchielli, et pour les autres, celles qui servent à rien (ce qui est le cas pour celle sur Zee, la dernière dans l’album) ce sont des invités. Après, la première, celle sur l’île, elle reste géniale, c’est un approfondissement de l’état d’esprit des deux camps qui se font la guerre, et c’est super bien fait, même si pour le coup, les dessins sont moches (je trouve). L’histoire du milieu est sympa, elle donne envie de mettre des grandes baffes dans la gueule de Matty Roth, mais bon... Ça reste malgré tout excellent.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire