jeudi 14 juin 2018

Les infâmes


Freedom Oliver, alcoolique et suicidaire, a passé dix-huit ans à se cacher dans une petite ville de l'Oregon, sous protection du FBI. Hantée par son passé douloureux et la mort brutale de son mari, elle souffre d'avoir abandonné ses deux enfants pour échapper à la vengeance de son beau-frère. En apprenant la disparition de sa fille Rebekah, élevée par un pasteur aux croyances radicales, elle part avec l'énergie du désespoir pour le Kentucky. Après tant d'années à se cacher, quitter l'anonymat, c'est laisser à son bourreau l'occasion de la retrouver. Et de se venger. Entre les paumés magnifiques, les flics indélicats, les dégénérés de sa belle-famille et de dangereux fanatiques religieux, son périple tourne à l'odyssée.

Les infâmes
Titre original : Freedom's child
Auteur : Jax Miller
Traduction : Claire-Marie Clévy
Édition : J'ai Lu
Dépôt légal : octobre 2016
I.S.B.N. 978-2-277-01381-5

Le problème de ce livre est que les personnages ne sont pas attachants. Quelques personnages secondaires le sont, mais ils sont rares et à part un, ils sont soit très vite oubliés, soit complètement ignorés. Ils continuent de faire leurs trucs dans leur coin, on les recroise de temps en temps mais ils n'interfèrent quasiment pas avec le personnage principale qui est une egocentrique nombriliste excessivement pénible. Parce que oui, Freedom Oliver fait partie de ces gens qui se donnent de grands airs de dur à cuire tout en se plaçant en victime en permanence. Vous savez, ces personnes qui ramènent toujours tout à leurs problèmes en expliquant à chaque fois que c'est leur faute qu'elles méritent d'être malheureuses bla.... bla..... bla....... Freedom Oliver c'est ça. Et c'est très dommage (je trouve) de tourner le bouquin autour d'elle. Parce que c'est sympa comme bouquin, les idées sont bonnes, la réalisation, le rythme sont bons. Ce n'est pas un style d'écriture incroyable (mais c'est peut-être dû au fait que le personnage soit vraiment pénible (et que c'est de la première personne)). Les personnages secondaires finissent tous par devenir attachants ou au moins intéressants, les figurants (par contre) sont tous absolument géniaux. C'est un divertissement sympa, mais ça reste un divertissement. D'un autre côté, c'est un gratuit alors on va pas se plaindre.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire