vendredi 17 février 2017

Infinity 8

Croisière intergalactique de l'Infinity 8, liaison Voie Lactée-Andromède, jour 15. Le vaisseau est immobilisé par un amas d'artefacts non-identifiés de la taille d'un système solaire. Le Capitaine, un Tonn Shär capable d'explorer plusieurs futurs alternatifs en générant des boucles temporelles, enclenche la procédure 8 et réquisitionne ses meilleurs éléments : chaque agent disposera de 8 heures pour explorer l'amas et en découvrir l'origine. Au menu de cette première mission : des nécrophages incontrôlables, une histoire d'amour impossible, une haleine de poulpe et des macchabées comme s'il en pleuvait!

Infinity 8 1 Romance et macchabées
Scénario : Lewis Trondheim, Zep
Dessin : Dominique Bertail
Couleur : Dominique Bertail
Édition : Rue de Sèvres
Dépôt légal : janvier 2017
I.S.B.N. 978-2-36981-257-9


Amel Bent (pas la vraie, celui dont je parle ici et probablement à d'autres endroits dans ce blog) m'a vanté cette série en long, en large et en travers, me disant que c'est absolument génial, très novateur, pas mal couillu, plein de bonnes idées. Il devait me la prêter et quand il m'a vu les acheter m'a dit que c'était trop cool que je les achète, que ça vaut grave le coup. Bah c'est pas évident sur ce premier tome. L'histoire n'est pas terrible, il y a effectivement de bonnes idées, mais elles ne sont pas si nombreuses, pas tellement bien utilisées, le dessin n'est pas toujours très bon (à mon goût, c'est un bon dessinateur, mais je n'accroche pas tellement le style, et l'inégalité me gêne un peu). À voir donc dans le tome deux, mais je suis quand même pas mal déçu je dois avouer.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire