dimanche 4 mars 2012

Goon (the) 8

Le Goon et son pote Franky font face à la pire menace de leur existence. Labrazio, que l’on pensait disparu pour de bon, a refait surface... Et il est accompagné par une horde d’ennemis qui ont juré la perte du Goon. Découvrez également les origines du Busard, l’un des personnages les plus emblématiques de la série, sous le trait magnifique d’Eric Powell.

The Goon 8 Le bal des damnés
Scénario et dessin d’Eric Powell
Couleurs de Dave Stewart
Traduction de Nick Meylaender
Édité chez Delcourt
en juin 2011
I.S.B.N. 978-2-7560-2513-1


Et bien et bien. Tout d’abord, le Philou m’a dit «Il y a beaucoup de paroles, mais ça ne fait pas du tout avancer l’histoire, du coup, je suis quand même un peu déçu» et bien je ne suis pas d’accord. Du moins pas entièrement. En effet, l’histoire n’avance pas, il n’y a pas vraiment des tonnes de paroles, et la seule chose qui m’aurait déçu, s’il avait fallu que je le sois, c’eut été les origines du Busard. Pas que ce soit mauvais ou quoi hein, loin de là, mais ça prend beaucoup de place pour, et là, je rejoins le Philou, ne rien apporter à l’univers Goonesque. Pour en revenir aux péripéties du Goon, je trouve ce tome particulièrement bon tant il est violent. Autant avant, ça l’était déjà, mais il n’y avait pas ce côté méchant que l’on retrouve ici. Je ne m’étendrai pas trop là-dessus, mais c’est encore une fois un très bon album de monsieur Powell.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire