mardi 12 juin 2018

Aliens, le retour


Après 57 ans de dérive dans l'espace, l'unique survivante du Nostromo, le lieutenant Ripley, est recueillie sur une station en orbite autour de la Terre. La disparition récente d'un groupe de colons amène la Commission d'enquête chargée de les retrouver à repartir vers LV-426. Malgré les craintes de Ripley, elle fait partie de l'équipage qui, cette fois-ci, n'affrontera pas une créature... mais des milliers.

Aliens, le retour
Titre original : Aliens
Réalisation : James Cameron, Stan Winston
Scénario : James Cameron, Walter Hill, David Giler
Musique : James Horner
Durée : 2h 17min
Sortie : juillet 1986
Avec Sigourney Weaver, Michael Biehn, Paul Reiser, Lance Henriksen, Carrie Henn, Bill Paxton, Jenette Goldstein, William Hope, Al Matthews, Colette Hiller, Cynthia Dale Scott, Mark Rolston, Ricco Ross, Daniel Kash, Tip Tipping, Trevor Steedman, Paul Maxwell, Barbara Coles, William Armstrong, Jay Benedict, Holly De Jong, Christopher Henn

Il ne finit jamais ce film.... Je ne suis pas du tout un grand fan de James Cameron, j'ai aimé 3 de ses films New York 1997, Terminator 2 et True Lies. Et c'est tout, à peu près tout le reste m'ennuie. Pas autant que le travail de Snyder, loin de là, mais je m'ennuie quand même. Et c'est exactement ce qu'il s'est passé durant les 2 dernières heures... Je me suis ennuyé, je suis allé fumer une clope sans mettre pause tellement ça m'ennuie ce film... Et c'est incroyablement long en plus. Je pense que les acteurs ne sont pas mauvais, mais j'en sais trop rien au final tellement ça me passe au-dessus tout ça. Aucune attention, à aucun moment je ne suis pris, les images défilent, le son aussi, mais rien n'accroche, comme si j'étais hermétique... Peut-être le suis-je, ou peut-être que c'est juste chiant (langage!!! - pardon).

Sambre 1 Plus ne m'est rien...


Roquevaire, novembre 1847. Autour du cercueil d'Hugo, la deuxième génération des Sambre se déchire. Même mort, la malédiction du Patriarche plane au dessus de tous. Il y a Sarah, la grande fille qui veut achever La Guerre des Yeux, l'œuvre de son père. Bernard, son jeune frère, qui rêve d'un ailleurs. Leur mère, veuve joyeuse qui flirte avec le cousin Guizot... Et puis il y a cette braconnière aux yeux rouges, qui rôde autour de la Bastide et du dernier fils... Entre Bernard et Julie la maudite, c'est le début d'une passion funeste. Rouge comme l'amour, noire comme la mort...

Sambre 1 Plus ne m'est rien...
Scénario : Balac
Dessin : Yslaire
Couleur : Yslaire
Édition : Glénat
Dépôt légal : avril 2003
I.S.B.N. 978-2-7234-4138-5

Ma première lecture de cet album était il y a très, très, très longtemps. Je me rappelle encore m'être extasié devant ces dessins magnifiques (à l'époque, l'histoire m'avait plu mais j'étais passé à côté de tant de choses... j'étais très jeune). J'ai lu énormément de bd depuis, le dessin est toujours beau, mais a perdu de sa superbe (en dehors des couvertures qui sont sublimes). Ils sont toujours très justes, toujours bons, mais je suis un peu plus critique, l'histoire quant à elle est toujours très bonne, même s'il manque quelques éléments pour en faire une histoire parfaite. Attention, ça a l'air très négatif tout ce que j'écris là, mais pas du tout, j'ai adoré relire cet album (comme j'adorerai le relire encore et encore), je conseille vivement cette série, même si ça a un peu perdu avec l'âge ça reste grandiose.