dimanche 17 décembre 2017

Les aventuriers de l'Arche perdue

Préparez-vous pour une aventure trépidante avec Indiana Jones et les Aventuriers de l'Arche Perdue. Indy et sa fougueuse ex-fiancée, Marion Ravenwood, s'engagent dans une incroyable quête à travers le monde pour retrouver la mystérieuse Arche d'Alliance, aux pouvoirs mystiques. Le plus célèbre des archéologues doit découvrir l'Arche avant les Nazis et survivre au poison, aux pièges, aux serpents et aux traîtres. Vivez cette aventure palpitante en suivant, d'une péripétie à une autre, le seul et unique Indiana Jones.

Les aventuriers de l'Arche perdue
Titre original : Raiders of the Lost Ark
Réalisation : Steven Spielberg
Scénario : Lawrence Kasdan
Musique : John Williams
Durée : 1h 55min
Sortie : juin 1981
Avec Harrison Ford, Karen Allen, Paul Freeman, Ronald Lacey, John Rhys-Davies, Denholm Elliott, Alfred Molina, Wolf Kahler, Anthony Higgins, Vic Tablian, Don Fellows, William Hootkins, Bill Reimbold, Fred Sorenson, Patrick Durkin, Matthew Scurfield, Malcolm Weaver, Sonny Caldinez, Anthony Chinn, Pat Roach, Christopher Frederick, Tutte Lemkow, Ishaq Bux, Terry Richards, Frank Marshall, George Harris, Tony Vogel, Sergio Mioni, Dennis Muren, Glenn Randall Jr.


Un grand classique. Et à raison. Tout est bon dans ce film, la réalisation, l'histoire, les images, les personnages, les acteurs, la musique. Rien est à jeter. Et le mieux dans tout ça, c'est que ça ne vieillit pas (et c'est pas si évident). J'adore ce film! Et j'adorerai le revoir encore et encore.

Batman rebirth 2

Contacté par Amanda Waller pour extraire le Psycho-Pirate de la prison de Santa Prisca, Batman doit former son propre "Escadron Suicide" composé de ses anciens ennemis, dont une très intime : Catwoman. Mais, au-delà de la méfiance envers ses alliés de circonstance, le Chevalier Noir sait que son plus grand défi se trouve sur l'île, dirigée par le seul homme qui soit parvenu à le briser : Bane.

Batman rebirth 2 Mon nom est Suicide
Scénario : Tom King
Dessin : Mikel Janín, Mitch Gerads
Encrage : Hugo Petrus
Couleur : June Chung, Mitch Gerads
Traduction : Jérôme Wicky
Édition : Urban Comics
Dépôt légal : novembre 2017
I.S.B.N. 979-1-0268-1318-7


Le problème avec la nouvelle version de Batman, c'est qu'il n'est plus un super héros mais un type lambda, plein de faiblesses, d'erreurs, de contradiction. Il ne sert pas à grand chose quoi. Dans cet album, nous avons la suite de ce rebirth honteux de DC Comics, en fait, le rebirth DC essaie de donner une légitimité aux DCCU (ce qui est une grossière erreur). Il y a un bon point malgré tout. Les dialogues, que ce soit ceux entre Batman et Catwoman, ou ceux entre Poli et Chinelle, je les trouve parfaitement géniaux. La partie Batman/Catwoman est gâchée par une scène de sexe sur les toits (c'est quoi cette lubie de donner à cet univers des airs de maisons closes à la Kubrik?). On sait qu'ils sont plus ou moins amants, on le sait depuis le début, mais ce n'était jamais montré, parce qu'on a pas besoin de le voir, on le sent, on le devine, et ça donne plus de force à cet amour impossible et malsain. Là, il devient juste malsain. Je n'aime pas cette nouvelle série, je n'aime pas l'importance qu'ils donnent au personnage d'Amanda Waller, et je n'aime la tentative de sauvetage de la Suicide Squad. Le dessin n'est pas trop mal cela dit.