dimanche 26 février 2012

Tombeau des lucioles (le)

Japon, été 1945. Les bombardiers américains arrosent Kobé de plusieurs milliers de tonnes de bombes incendiaires. Un jeune adolescent et sa petite sœur perdent leurs parents. Ils se réfugient dans leur famille proche mais cruelle. Leur quête désespérée d’un monde meilleur les amènera à traverser autant les ruines du Japon ensanglanté par la fin de cette guerre qu’à  affronter l’indifférence et la cruauté des adultes.

Le tombeau des lucioles
Un film de Isao Takahata
D’après un livre d’Akiyuki Nosaka
Musique de Yoshio Mamiya
Sortie en avril 1988
1h28min


Ce film est absolument immonde. C’est vrai, une sorte de concentré de toutes les saloperies (attention au langage les enfants) qui peuvent arriver à une seule personne. Alors oui, je vois d’ici les gens dire que la gamine est au moins autant à plaindre que son frangin, mais tellement pas en fait. C’est affreux, jusqu’il y a quelques temps ce film parvenait à me faire pleurer comme une fillette à qui on arracherait sa peluche. Bon, maintenant que je suis vieux et aigri, je suis aussi sec qu’un désert donc ça fonctionne plus, mais pas loin quand même. Je répète qu’il est ignoble et compagnie, mais en vrai, il est super beau, les dessins parlent, les musiques rendent le tout encore pire. C’est un trait de génie, vraiment, même s’il ne s’agit en fait que de montrer la pourriture humaine, sociale, environnementale et compagnie. J’aime bien sûr, de la tristesse noire en boîte, comment ne pourrai-je pas aimer?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire