mardi 21 février 2012

Authority (the) 1

Quand une émeute éclate dans l'asile d'Arkham, on se doute bien qu'il y a du Joker là-dessous. Plus de doute lorsque ceux-ci menacent de tuer le personnel soignant si Batman ne vient pas leur rendre une visite. Batman se rend donc à l'asile, mais il est loin d'imaginer les petites surprises que le Joker a prévu pour son vieil ennemi. Une seule chose est certaine : quand on pénètre dans l'entre de la folie, on ne sait si l'on pourra jamais en ressortir tout à fait indemne. Apollo, Midnighter, l’Ingénieur, le Docteur, Jack Hawksmoor, Swift... Réunis par Jenny Sparks, ils prennent en charge le destin de l’humanité, sous la bannière de The Authority. The Authority est le contre-pouvoir le plus impressionnant sur Terre, bande d’anarchistes libertaires qui reprent à son compte le rôle de gardien et de guide que les gouvernements et les dirigeants n’assument plus. Autour de Jack Hawksmoor, les membres d’Authority protègent l’avenir, représenté par la petite Jenny Quantum. Jenny Sparks était l’esprit du XXème siècle : durant la grande récession, elle sombra dans la dépression, et sentit des velléités suicidaires lors des deux guerres mondiales. Le flower power lui conféra une béate euphorie, puis elle rassembla autour d’elle les membres d’Authority et elle mourut, éternellement jeune, au passage à l’an 2000. Aujourd’hui, Jenny Quantum, nourrisson encore innocent mais pourtant incarnation du siècle à venir, est poursuivie par un commando de tueurs envoyés par les gouvernements que la montée en puissance d’Authority rend paranoïaques. Les membres d’Authority essaient de la sauver, mais il semble que le Dr. Jacob Krigstein ait pour l’enfant de sombres projets...

The Authority 1
Scénario de Mark Millar
Dessin de Frank Quitely
Couleurs de David Baron
Traduction d’Alex Nikolavitch
Édité chez Semic
en avril 2003
I.S.B.N. 2-914082-98-3


Ça aussi c’est vraiment une excellente série de supers. En même temps, c’est pas super courant d’avoir un groupe de supers composé d’un bébé, un type avec un complexe d’autorité, un junkie, deux homosexuels, une nympho et un robot (ok, le robot, y en a partout mais bon). Tous sont super violents en plus, vaut mieux pas être en face s’ils sont colère, et ils gèrent les problèmes du monde en fracassant du crâne. J’aime beaucoup, c’est violent, c’est bien rythmé, bien construit, les dessins collent au truc, ils sont pas géniaux, mais comme il faut en fait. Les personnages sont criant de vérité, même s’ils volent et cassent des murs en éternuant ou parlent aux villes (oui oui, Jack Hawksmoor fait ça), ben au niveau de la mentalité ils sont incroyablement plus humains que tous les supers jamais dessinés. Très bonne série donc, à suivre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire